top menu

magazines lacase magazine essentielle metsplaisirs lexpressporperty le guide shopping de la maison   web lexpressproperty lexpress mu lacase web

middle top

lacase.mu
nos offres newsletter abonnez vous
facebook twitter pinterest youtube google plus linkedin
 
mon_compte me connecter
ajout produits d occasion creer alerte produit mes catalogues de produits

menu

produits services promos nouveautes ventes_flash communaute_lacase maison_pratique espaces_magasins recettes_de_cuisine nos_magazines a_la_une about_us

13 juil. 2010

Une compagnie propose de bâtir sans coffrage

UNE maison de 150 métres carrés construite en 10 jours par cinq hommes. C’est là une des possibilités que propose Maxime Sadowsky, managing director de JK Structure aux entreprises locales.

L’entrepreneur de cette société, basée dans le Hampshire en Grande Bretagne, est actuellement chez nous. Pour un voyage « exploratoire afin d’identifier des entreprises innovatrices » . Ce qui différencie son produit : la construction de maisons et d’immeubles en béton armé allégé qui se fait sans coffrage.
« Cela facilite la vie sur les chantiers. » En réduisant les coûts, le temps de travail, et en limitant l’utilisation d’équipements. « Pas besoin de grues ou de centrales à béton. » JK Structure fabrique des armatures en acier, dans lesquelles le béton armé allégé mélangé à des billes de polystyréne est coulé. Si dans un premier temps, Maxime Sadowsky envisage d’importer l’acier de ses usines en Europe, il pense, à terme, les fabriquer localement dans une unité de transformation d’acier. « Nous transformerons de la tôle en ferraillage pour le béton. » A l’entrepreneur de préciser que son procédé n’a rien à voir avec le préfabriqué. « Tout le travail se fait sur le chantier. » Parmi les avantages de ce matériau : la construction comprend à la fois les murs, les cloisons, les planchers et la toiture.
Sans parler du degré d’isolation et d’insonorisation.
« Pour le moment, le marché de la construction local est calme. Les promoteurs hésitent. C’est dû à l’incertitude du marché. Cela va quand même finir par se débloquer. Et Maurice repartira avant l’Europe. Les besoins sont là » , analyse Maxime Sadowsky. Avant d’ajouter : « Je permets aux entreprises locales d’être plus performantes. Je ne prends le travail de personne. » La technique inventée par le fondateur de JK Structure existe depuis une quinzaine d’années déjà. Elle a d’ailleurs servi à la construction de pavillons à EuroDisney Paris ou encore de villas sur la riviera. Maxime Sadowsky a racheté l’entreprise, il y a de cela quelques années, aprés une carriére dans la finance en Allemagne et aux Etats-Unis. Il s’est depuis lancé dans un plan d’introduction de sa technique de construction sur les grands marchés mondiaux.

Mais dés que l’on aborde l’aspect réduction des coûts, impossible d’arracher un chiffre à Maxime Sadowsky. Il répéte seulement, « nous sommes trés en dessous de ce que cela coûte avec les techniques conventionnelles » . Avant de lâcher, « c’est volontairement que je ne citerai pas de pourcentage car tout va dépendre des circuits commerciaux et des intermédiaires » .

Par Aline GROEME-HARMON
L'Express du 13 Juillet 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires